Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L’attachement des Presqu’îliens aux lieux emblémat
Par : daniele
Publié : 20 juillet

L’attachement des Presqu’îliens aux lieux emblémat

L’attachement des Presqu’îliens aux lieux emblématiques est grande !

C’est le cas pour le marais salants

La lutte longue et déterminée d’un collectif (associations, syndicat, partis politiques) a permis de bloquer le projet immobilier ambitieux (EHPAD, maison d’habitation … ) dit de « La Ferme du CASINO » et de sauvegarder les espaces naturels entre voie ferrée et marais salants depuis rachetés par le Conservatoire du Littoral.

C’est encore le cas pour « Le petit séminaire « de Guérande

Magnifique batiste imposante et emblématique, dominant le coteau a été acheté par la ville de Guérande, puis au gré des tractations, par CAP Atlantique. Aujourd’hui seule une petite partie du domaine est réservée à l’implantation du conservatoire de musique et sera accessible aux public. La plus grande partie des bâtiments, cloître et étages, sera livrée à la découpe pour y installer un projet haut de gamme, réservé à une clientèle de privilégiés, qui privatisera totalement le site et interdira à nos concitoyens de pouvoir s’y promener.

Et maintenant PEN BRON !!!

Rassurant de voir affirmer que le sentier littoral sera sanctuarisé, mais qu’adviendra-t-il du site de 20 000 m² composé d’une chapelle, des bâtiments de soins et d’accueil de l’ancien centre de rééducation fonctionnel, des plages, de la bordure du traict, des dunes, des bois, du petit cimetière ?
La volonté du maire de La Turballe de maintenir le classement de ce site au PLU est une garantie d’encadrer le développement d’un projet.
En effet dans ce site à haute valeur environnementale, vierge de constructions récentes, les offres de promoteurs à la recherche d’espaces, pour construire des projets réservés à une clientèle très aisée, seront nombreuses et pas sans risque pour le site (assainissement, circulation ...).
La loi « littoral » semble un rempart qui permet de maintenir des projets dans un cadre respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, cette loi contraignante qui gène l’avancée de la bétonisation des sites touristiques se plie aux nombreuses dérogations que l’État impose.
Comment accepter des constructions sur ce site quand CAP Atlantique devrait développer des Plans de Prévention des Risques Littoraux et Inondations et prendre en compte les risques de submersion marine attendus !? Dans ces instances, élus et fonctionnaires savent que le trait de côte recule et que les marais salants seront appelés à être submergés.

En conclusion

Chacun doit se souvenir de ce proverbe africain cité par Saint Exupéry
« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants « et se mobiliser pour interpeller les décideurs.