Vous êtes ici : Accueil > Les dossiers > Algues vertes > Algues vertes en presqu’île guérandaise : la méthanisation, une fausse solution (...)
Publié : 23 juillet 2011

Algues vertes en presqu’île guérandaise : la méthanisation, une fausse solution pour un vrai problème !

Suite aux arrivées répétées depuis plusieurs années sur notre littoral d’algues vertes, le conseil communautaire de Cap Atlantique a finalement réagi sans pour autant dénoncer l’origine du mal, l’agriculture intensive soutenue par la politique du gouvernement en place.

Un certain nombre de mesures ont été mises en place, voir notre article précédent algues vertes et boues portuaires, qui nous laissent particulièrement sceptiques.
Le phénomène ne va certainement pas s’arrêter après le ramassage systématique des algues et l’épandage qui auto-alimente l’arrivée d’azote sur le rivage.

Si rien ne doit changer en amont, sommes-nous condamnés à subir cette réalité ? Une solution existe aux yeux de certains : la méthanisation du lisier, elle serait LA solution !

NON, répond Alain Menesguen*, chercheur à l’Ifremer, lors d’un entretien au Monde (15 juillet 2011).

"La méthanisation se compose d’un atome de carbone et de quatre atomes d’hydrogène, il ne contient pas d’azote ! La méthanisation extrait le carbone du lisier pour produire du biogaz, mais l’intégralité de l’azote se retrouve dans le résidu liquide répandu dans les champs ; la méthanisation peut même accroître la quantité finale d’azote, car on ajoute des végétaux pour améliorer le processus... la seule vraie solution, c’est d’émettre moins d’azote à la source"

Doit-on le qualifier d’intégriste de l’écologie ?

En 2003, Alain Menesguen publiait un étude très complète sur le phénomène algues vertes ; si vous souhaitez en prendre connaissance, cliquer sur le lien :http://envlit.ifremer.fr/content/download/27419/222408/version/1/file/marees_vertes_0306.pdf