Vous êtes ici : Accueil > Les dossiers > Pêche, mer et littoral > Autoroute de la mer et construction navale
Publié : 8 mai 2009

Autoroute de la mer et construction navale

Pour une construction navale diversifiée et durable !

Les Verts observent que l’Etat vient de confirmer son souhait d’intervention dans le domaine de la construction navale en soutenant la réalisation d’un navire militaire à Saint-Nazaire. Cela est sécurisant pour les salariés de STX et de leurs sous-traitants. Cela offre une perspective intéressante à court terme dans un contexte où les carnets de commandes sont quasiment vides.

Pour autant le gouvernement devrait montrer plus fortement sa volonté de pérenniser l’emploi dans l’industrie navale en soutenant un véritable projet d’autoroutes de la mer indispensable au niveau européen pour désengorger les routes et pour lequel le port de St-Nazaire est très bien situé.

Cette démarche politique est absente de la réflexion du gouvernement alors qu’elle pourrait conduire à construire au chantier naval de St-Nazaire six à huit navires rouliers adaptés à cette manutention et ce type de transport.

L’espace militaire, s’il est une réponse aux questions d’emplois locaux ne fait que déplacer géographiquement les questions, il serait illusoire de le considérer comme une réponse politique de progrès.

Les Verts sont, comme les salariés des chantiers navals, - qui ont besoin d’un travail pour avoir un revenu - soucieux de la conversion des emplois et de la diversification des productions.
Or, le coût de la construction des 8 navires utiles au lancement des autoroutes de la mer ne représente que quelques kilomètres d’autoroutes terrestres.

Une volonté politique forte, c’est aussi d’aller vers ces emplois s’inscrivant dans une véritable mutation des choix de transport des marchandises et répondant au concept de développement durable dont on parle tant.

Accroitre le transport du fret marchand sur le rail et la mer est une réponse appropriée aux enjeux du réchauffement climatique et le site de
St-Nazaire est bien placé pour répondre à ces urgences.

Face au constat alarmant de la fonte des glaces, le président Obama appelle à un renforcement de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Le Gouvernement Sarkozy - Fillon est encore bigrement frileux dans ce domaine comme dans bien d’autres touchant aux questions environnementales.

La conversion écologique de l’économie commence par l’étude de tous nos modes de production et de consommation. Vivre, mieux en étant économes de l’espace et des matières premières, c’est aussi la réponse politique aux crises.

Il est urgent que les questions économiques ne soient plus dissociées des questions environnementales. C’est ainsi que l’on pourra trouver les réponses sociales aux crises du productivisme sans freins et sans règles.

Les Verts de Saint-Nazaire - avril 2009